Vendu

Exceptionnelle pendule Empire “Garde à vous” signée Rabiat et Ledure

Pendule de cheminée Empire “Garde à vous” signée Rabiat et Ledure

Cette pendule de cheminée d’époque Empire en bronze patiné et doré au mercure porte les signatures du bronzier Ledure et de l’horloger Thomas. De plus, il porte la signature du fondeur-chasseur Rabiat à l’intérieur du boîtier. Des versions du même modèle de la pendule sont conservées dans les collections du Mobilier National. et le Château de Compiègne.

Le sujet principal de cette pendule est une figure d’Eros sculptée de façon exquise, assise sur un tabouret avec un coussin à glands. Il s’appuie sur le boîtier qui contient le mécanisme d’horlogerie et nous regarde, un doigt sur la bouche. C’est comme s’il nous demandait le silence ou de garder un secret. Son arc est à côté de lui et le carquois repose sur la pendule, partiellement recouvert par la robe d’Eros. De plus, il tient une flèche dans sa main. Le contraste entre la figure d’Eros à la patine sombre et la robe dorée au mercure brillant est particulièrement séduisant.

Le boîtier qui contient le mécanisme d’horlogerie est somptueusement orné de feuilles et de palmettes et l’ensemble est posé sur un socle doré à décor de deux griffons de part et d’autre d’une lyre, de palmettes et de feuilles d’eau. Enfin, il y a une contre-base en marbre vert de mer, reposant sur des pieds griffes ailés.

Trois versions de cette pendule ont été acquises par le Garde Meuble pour les appartements impériaux. Un en 1809 pour la salle à manger des appartements impériaux et un pour le Palais de Compiègne en 1810. Enfin, le Garde Meuble en achète un autre en 1810 pour le Salon principal de l’Impératrice au Petit Trianon à Versailles.

Détails de cette pendule Empire “Garde à vous” signée Rabiat et Ledure

Cette pendule de cheminée Empire a été nettoyée professionnellement et est en très bon état. Le cadran émaillé blanc, signé “Ledure Bronzier / Thomas Hr.” présente des chiffres romains pour les heures et des bandes pour les minutes. Le mouvement d’horlogerie comporte un balancier suspendu en soie et un échappement à ancre. Il sonne les heures et demie sur une cloche, réglée par une roue de comptage. La pendule est en parfait état de marche et a été vérifiée par un horloger professionnel. Il est livré complet avec balancier, cloche et clé.

Paris, vers 1809.
Dimensions : 48 cm de haut, 37,5 cm de large et 19 cm de profondeur.
Poids : 19,9 kg.

Références historiques en matière d’art

Le sujet est probablement inspiré des eaux-fortes alors populaires d’après une œuvre du peintre suisse Maria Anna Angelika Kauffmann (30 octobre 1741 – 5 novembre 1807) intitulée “Garde à vous”. Ces gravures représentent une scène similaire d’un personnage d’Eros portant ses doigts à ses lèvres (voir photos). Il existe également des similitudes avec une sculpture en marbre du sculpteur français Étienne-Maurice Falconet. Il a montré un dessin en plâtre d’un Amour assis, intitulé “l’Amour menaçant” au salon de Paris en 1755. Plus tard, il l’élabora dans le marbre pour le compte de Madame de Pompadour, maîtresse du roi Louis XV. Il a ensuite montré le résultat au salon de 1757 et cette version se trouve maintenant au Rijksmuseum d’Amsterdam.

Les fabricants de cette pendule de cheminée Empire

Pierre-Victor Ledure (1783-1870) était le fils de Laurent Ledure et de Marie-Marguérite née Lainé, décédée alors qu’il n’avait que cinq ans en 1788, peu avant la Révolution française. Ledure a été l’apprenti du célèbre bronzier André-Antoine Ravrio (1759-1814). Il reçoit de nombreuses commandes importantes pendant la période de l’Empire, bénéficiant du mécénat d’une riche clientèle internationale. Aujourd’hui, on peut trouver des exemples de son travail dans de nombreuses collections privées et publiques importantes, notamment le Museo de Reloges à Jerez de la Frontera, le Palais royal de Madrid, le Pavillon royal de Brighton et l’ambassade britannique à Paris.

Claude François Rabiat (1756-1815) était un fondeur-chasseur, connu pour ses sculptures, qui a été reçu maître en 1778. Il était très célèbre et travaillait surtout avec les meilleurs bronziers comme Thomire, Feuchère, Ledure et Galle.

Thomas est actif comme horloger à Paris dans la rue de Bucy à partir de 1806. Il a travaillé avec des bronziers célèbres comme Galle, Thomire, Ledure.

Littérature

  • Elke Niehüser, “French Bronze Clocks”, 1997, p.220 #504.
  • Collection du Mobilier National, inv. numéros GML-7449-000 et GML-7504-000.
  • Marie-France Dupuy-Baylet, Pendules du Mobilier national 1800-1870, Dijon, 2006, pp.152-153, notice 74.
  • Marie-France Dupuy-Baylet, Les pendules des premières années du XIXème siècle et leur cortège d’objets mobiliers, L’Estampille l’Objet d’art, n° 375, juin 1997, pp.76-82.
  • Tardy, Dictionnaire des horlogers français, p. 612.

Voir plus de Pendules Empire dans notre galerie.


Paiement sécurisé Expédition dans le monde entier Emballage professionnel Assurance transport