Vendu

Pendule Empire extraordinaire par Claude Galle “Erato et Eros”

Description

Pendule Empire par Claude Galle

Cette pendule Empire extrêmement rare de Claude Galle représente Erato jouant de la lyre d’Apollon accompagné par Eros. Erato est assis sur un socle avec un coussin qui entoure un cadran en émail blanc avec des chapitres romains et des aiguilles de Breguet. Le cadran de cette pendule Empire est entouré de décorations très détaillées. Nous voyons rarement un tel niveau de savoir-faire artistique. Le mécanisme porte la signature “Galle, Rue Vivienne No 9”. Grâce à l’élégance de la composition et aux nombreux détails raffinés et réalistes, on peut voir que cette pendule a été réalisée par un maître. Par exemple, les courbes et les plis du coussin et des vêtements, d’un réalisme saisissant, témoignent d’un savoir-faire artistique étonnant. Cette pendule Empire de Claude Galle est dotée d’un suspension á fil, qui sonne l’heure et la demi-heure sur une cloche au moyen d’une roue de compte. La pendule et ses dorures ont été conservées en très bon état.

Cette pendule est mentionnée dans le livre “French Bronze Clocks” d’Elke Niehüser, p.220 point 501.

Le mécanisme a été nettoyé et entretenu par notre horloger et est en parfait état de marche. Elle est livrée complet avec la cloche, le balancier et la clé

Erato

Erato est la Muse de la poésie d’amour. Dans l’hymne orphique aux Muses, c’est Erato qui charme la vue. Depuis la Renaissance, elle est surtout représentée avec une couronne de myrte et de roses, tenant une lyre. Les Grecs anciens croyaient que les muses de l’art inspiraient leur travail. De la relation de Mnemósine avec Zeus sont nées les Muses. Ils le sont : Calliope, Clio, Erato, Euterpe, Melpomene, Polymnia, Terpsichore, Talia et Urania.

Claude Galle

Claude Galle (1759 – 1815) est considéré comme l’un des meilleurs bronziers de la fin de la période Louis XVI et de l’Empire. Il est né à Villepreux, près de Versailles. Galle est l’apprenti de Pierre Foyin à Paris dont il épouse la fille en 1784. Il devient maître fondeur de bronze en 1786. Après la mort de son beau-père en 1788, Galle a repris son atelier. Il en fait bientôt l’un des meilleurs ateliers de bronze de Paris et il emploie finalement environ quatre cents artisans. Il s’installe au Quai de la Monnaie (devenu Quai de l’Unité), puis en 1805 au 9 rue Vivienne.

Galle obtient de nombreuses commandes de la famille royale (Garde-Meuble de la Couronne) de 1786 à 1788. Il a travaillé avec des maîtres comme Pierre-Philippe Thomire, et a fourni la majorité des bronzes d’ameublement du château de Fontainebleau sous l’Empire. Il fournit également des bronzes dorées aux palais de Saint-Cloud, des Trianons, des Tuileries, de Compiègne et de Rambouillet.
Les œuvres de Galle font partie de la collection de musées comme le Musée national du Château de Malmaison, le Musée Marmottan à Paris, le “museo de Reloges” à Jerez de la Frontera, The Residenz à Munich et le Victoria and Albert Museum à Londres. Claude Galle meurt en 1815, après quoi son fils Gérard-Jean Galle (1788-1846) poursuit l’entreprise.

Inspiration artistique

Le thème d’Erato et Eros a été une source d’inspiration pour de nombreux artistes à travers le temps comme Simon Vouet (1590-1649), Bernard d’Agesci – synonyme d’Augustin Bernard – (1756-1828) et Bertel Thorvaldsen (1770-1844). Voir les photos à la fin pour leurs œuvres d’art.

Les pendules Empire des grands bronziers, comme Claude Galle, sont bien plus que de simples pendules. Ce sont des œuvres d’art dont la composition, les formes et les expressions sont équilibrées et qui atteignent un haut degré de réalisme, de perfectionnisme et de délicatesse.

Informations complémentaires

Poids 10.8 kg
Dimensions 41 × 14 × 45 cm