Rare et imposante pendule Empire mythologique “Naissance de Vénus” signée Louis Berthoud (1754-1813)

8,800.00

En stock



Description

Cette monumentale pendule Empire de 47,5 cm de haut et extrêmement rare en bronze doré et patiné “Naissance de Vénus” a un cadran portant la signature “Louis Berthoud – Horloger de la Marine”. Il représente non seulement la naissance de Vénus, mais aussi plusieurs autres figures mythologiques liées à la mer. Ce sont tous des thèmes appropriés pour ce très célèbre horloger qui a occupé le poste d’horloger de la marine.

Pendule Empire “Naissance de Vénus”.

La face avant de cette pendule Empire “Naissance de Vénus” de Louis Berthoud présente une coquille Saint-Jacques géante (18,5 cm de haut) avec la déesse Vénus qui vient de naître et qui s’élève des flots. Devant les pieds de Vénus, nous voyons une partie de la mer avec beaucoup de vagues. Les hippocampes flanquent Vénus à gauche et à droite à ses pieds. Nous connaissons cette scène de la naissance de Vénus grâce au célèbre tableau de Sandro Botticelli (voir photos).

Sur la partie supérieure, on voit le mécanisme d’horlogerie avec un cadran émaillé blanc et décoré et la signature “Louis Berthoud – Horloger de la Marine”. Le cadran comporte des chiffres romains peints en or et des motifs plus complexes en or. Le boîtier de la pendule porte une grande coupe. De chaque côté du cadran, nous voyons deux très grandes sculptures (24 cm de haut). Ce sont des Tritons qui soufflent dans leurs cornes. Et en dessous, sur les côtés de la pendule, nous voyons des fontaines de masques de lion magnifiquement sculptées et détaillées. De plus, sur le devant de la caisse, il y a des décorations de plantes de roseau et d’abeilles impériales.

C’est une pendule Empire vraiment impressionnante et fascinante, tant par sa taille que par la richesse et le détail de sa décoration.

La pendule a été nettoyée professionnellement et elle est en très bon état de fonctionnement. Il est complet avec le balancier, la cloche et la clé. Restauration minime, presque invisible, d’un des pieds sous la base de la pendule.
Dimensions : 47,5 cm de hauteur, 47,5 cm de largeur, 16 cm de profondeur.
Poids : 17,5 kg.

Mythologie des hippocampes et des tritons

Les hippocampes étaient des créatures mythologiques que les dieux utilisaient pour traverser les mers. Par exemple, Poséidon, le dieu grec de la mer, voyageait dans un char tiré par de féroces hippocampes à tête de cheval et à queue de poisson. Selon les Grecs, ce sont précisément quatre hippocampes, entourés d’une escorte de Tritons et de Néréides, qui ont tiré le char de Poséidon.

Triton est un dieu grec de la mer, fils de Poséidon et d’Amphitrite. Triton vivait avec ses parents, dans un palais doré au fond de la mer. Des représentations ultérieures le montrent comme ayant une coquille de conque qu’il soufflerait comme une trompette. Le Triton est aussi généralement représenté comme un homme, avec le haut du corps d’un homme et le bas du corps d’un poisson. À un certain moment de l’ère grecque et romaine, les Tritons sont devenus un terme générique pour désigner la version masculine de la sirène.

Louis Berthoud (1754-1813)

Pierre-Louis Berthoud, dit Louis, était un horloger très important et un scientifique ingénieux. Il figure dans le dictionnaire Tardy des horlogers (voir photos). Son père, Pierre, était horloger mais Louis a été formé par son oncle Ferdinand Berthoud (1727-1807), un homme très estimé. Louis prend la direction de l’atelier de son oncle Ferdinand à Paris en 1784. Comme son oncle, Louis s’intéressait particulièrement à l’horlogerie de précision. Il s’est spécialisé dans la fabrication de régulateurs, de plus de 150 chronomètres ainsi que d’horloges et de montres.

Louis Berthoud est nommé horloger à l’Observatoire et au Bureau de Longitude. Il remporte une médaille d’or à l’exposition de Paris, l’an X (1800/1). Et en 1802, il reçoit le poste d’Horloger de la Marine. Et ensuite, en 1805, Horologue à l’Observatoire et à la Direction de la Longitude à Paris. Louis Berthoud a été membre de l’Académie des sciences française et il est l’auteur d’un livre de “conversations” sur le chronométrage naval : Entretiens sur l’Horlogerie à l’Usage de la Marine (1812). Il a également laissé plusieurs volumes de notes manuscrites qu’il n’a pas eu le temps d’éditer. Son travail dans l’horlogerie consiste en chronomètres de marine ou de poche, horloges astronomiques, horloges avec secondes, équation et sonnerie et montres et horloges compliquées à usage civil.

En novembre 1784, Louis Berthoud épouse Thérèse Bézout, nièce et fille adoptive du mathématicien Étienne Bézout. Il a eu deux fils qui, comme leur père, ont assumé une position éminente dans l’art de l’horlogerie. Depuis 1798, il était logé par le ministre de la Marine à l’Hôtel d’Egmont (dépôt de plans et de cartes navales) qu’il conserva jusqu’à sa mort. Cependant, il a déménagé son atelier à Argenteuil pour être dans un environnement plus calme. L’amiral Decrès, ministre de la Marine, est propriétaire du château du Marais à Argenteuil, où il réside aussi souvent que ses fonctions le lui permettent, et il invite fréquemment Louis Berthoud à dîner au château du Marais.

Informations complémentaires

Poids 17.5 kg
Dimensions 47.5 × 16 × 47.5 cm